Test du Creality Falcon2 Pro 40W

Bonjour à toutes et tous,
Après le récent test du laser Creality Falcon2 PRO 22w (par Jérome), on double la mise, avec le test de la version 44w, pardon du 40w (problème d’appellation…!?.)
Il s’agit donc toujours d’une graveuse laser “Falcon2 PRO”, donc sur ça, rien ne change par rapport au test précédent: je ne reviendrai donc pas sur la marque, la sécurité, l’unboxing ou le montage, qui sont strictement les mêmes, pour passer presque directement au vif du sujet.

Spécifications et assemblages

Le châssis du Creality Falcon2 Pro 40W arrive déjà monté, c’est toujours ça de gagné! Donc comme indiqué précédemment par Jérôme, en 30/40 minutes, on assemble le capot, on met le tiroir et on réalise les branchements: simple et efficace!

Il ne faut pas beaucoup plus de temps pour la partie logiciel, surtout si vous maîtrisez votre “LightBurn” sur le bout des doigts. Le FALCON2 est reconnu automatiquement, le calibrage de la caméra est standard, suffit de suivre les étapes et de positionner la mire…
A ce niveau, je trouve juste dommage que le capot ne soit pas fourni en option par CREALITY, pour  ceux qui auraient pris le FALCON2 standard !

Le contenu bien rangé, avec l’air assist et les 2 modules laser: 40w et 1.6w
Des échantillons de CT et la carte de calibration pour la camera avec LightBurn
La camera, sur le bras central du châssis
Le caisson assemblé, il n’y a plus qu’à le positionner sur le FALCON2 et mettre les parois latérales. 

Sur le laser 40w, en appuyant sur le bouton (le rond noir, en haut à droite, au dessus de la diode “Precise”), on peut alterner entre 2 modes:

  • “Precise” ou précision en “french in the text”, pour n’avoir que 20w (ou 22?), dans ce cas seule la diode “Precise” est allumée,
  • “Normal” pour le mode 40w, les diodes Precise et Normal sont alors allumées.
Un laser 1.6w est fourni pour les travaux sur matériaux fragiles et délicats: plantes, papiers, cartons…

Fin prêt!
Le LONGER3D RAY5 20W fait presque petit…!

A noter que la sortie de l’évacuation est forcément sur la gauche, on ne peut la mettre à droite et le câblage de la ventilation est de toute façon trop court… Heureusement, la buse de sortie est de dimension standard (10cm de diamètre), donc avec un raccord VMC suffisamment long, c’est bon!

  • Puissance électrique : 240W (pour rappel, sur le 20w: 120w)
  • Puissance de sortie du module laser : 40W (constitué de 8 diodes de 5.5w, donc 44w?))
  • Zone de travail : 400 * 415 mm 
  • Dimensions de la machine : 664 * 570 * 328.4 mm
  • Poids de la machine : 18.56 kg (18.04 pour le 20w)
  • Interfaces de connexion : USB / Micro SD
  • Alimentation 24v/10A (24v/5A pour le 20w)
  • Longueur d’onde du laser: 455nm (+/- 5)
Pour le type de guidage laser, on retrouve ce bon vieux système “Foucs beam”, comme sur le 20w…. Blague à part, c’est bien une faute, il faut lire “Focus beam”

Niveaux de protection du Creality Falcon2 Pro 40W

Ce qui différencie le modèle “PRO” du FALCON2 standard, c’est le niveau de protection, offert entre autre par le caisson!
Compte tenu de la puissance, sauf à disposer déjà d’un boîtier, avec le 40w, la version pro me semble donc indispensable… et encore plus avec le nouveau 60w!
La tête laser dispose d’un vitre de protection, renforcée par le boîtier avec couvercle mobile, qui  permet de voir la surface de travail complètement!

Le matériau utilisé absorbe parfaitement la longueur d’onde du laser utilisé, une bonne chose, non?

Si vous travaillez exceptionnellement capot ouvert, une paire de lunettes de protection est également fournie, une bonne chose!
Un air assist, avec débit variable, permet d’évacuer les poussières et les fumées sur la surface de travail, couplé à un système d’évacuation des fumées, un bon système pour ne pas respirer plein de fumée et de poussière dans votre atelier!
Le module laser dispose d’indicateur de surveillance, pour le flux de l’air-assist, les risques d’incendie ainsi que le niveau d’encrassement de la lentille!

Sur la tête laser on retrouve les explications des diodes de la surveillance.

Les tests du Creality Falcon2 Pro 40W

Pour l’utilisation, on peut passer en mode “autonome”, en plaçant le gcode sur la carte SD et en lançant la gravure par le panneau, mais ne disposant pas d’écran tactile ni de menu, je ne trouve pas ce mode pratique. Bien évidemment conforme avec la norme GRBL, le Falcon2 est également compatible avec LaserGRBL.

Tous les tests sont faits en 1 passe, et en utilisant LightBurn, relié en USB au FALCON2. Il faut donc disposer de 2 prises USB, une pour le laser et 1 pour la camera.

A noter que les valeurs sont indicatives et servent de base pour vos propres tests, mais ce qui est vrai pour un matériaux n’est pas gravé dans le marbre: pour le CT par exemple, les réglages peuvent varier suivant la provenance, l’essence du bois et la colle utilisée (et sa disposition également)!

Contreplaqué (GSB – 6.3mm) – 1 passe

Comme dans du beurre! Ca ne se voit pas sur la photo, c’est également détaché à partir de 60% à 733mm/min.

Acier (disque de scie circulaire)

On voit les différences de coloration qui tirent vers le bleu…
Et suivant l’inclinaison, on remarque des changements de couleurs…

Aluminium (plateau d’une vieille imprimante FDM)

Sur de l’alu brut, ça reste léger…
Mais en augmentant la puissance et en diminuant les vitesses, on peut marquer de l’alu avec un laser diode… et même jouer sur la coloration.

Pour un vrai marquage, la moutarde reste malgré tout une solution!
(Attention à l’étaler de la manière la plus uniforme possible)

Contreplaqué de 3.6mm

Si on peut travailler du du CT de 6mm, le 3mm n’est qu’un jeu d’enfant, en ajustant les vitesses!
En jouant sur le couple vitesse/puissance, on peut creuser plus ou moins la matière! mais ça reste aléatoire suivant les matériaux et le positionnement.

En jouant sur les couches et les réglages de calques, on pourrait dans une certaine limite faire de la gravure en relief, mais ça manque de précision malgré tout, on en peut pas dire ici je veux 2mm de profondeur, là 5mm…
En mode coupe, on voit la netteté et l’efficacité!
De préférence, afin de facilité le retrait, ne pas prendre le premier niveau, mais le second, par exemple entre 600mm/min à 40 ou à 50%, à 50%, la découpe sera plus franche!

Carrelage

Sur le carrelage brut, avec la puissance du laser, on somme également la matière et on la creuse!
Le NWT reste encore la meilleur solution pour dessiner, avec un résultat plus propre, ici avec de la peinture en spray Rustoleum blanche: 

Pierre

Sur le carrelage on attaque la matière? Alors testons la gravure sur pierre!
Un petit galet dans le jardin, et c’est parti!

Photos prises sous un angle et un éclairage différent pour bien montrer que l’on attaque bien la matière!
De quoi faire des cadeaux originaux!

Pin en 18mm d’épaisseur

Le réglage de l’écriture (50% de puissance) est un chouille trop fort…Malgré lair assit, les fumées marquent le bois!
Par contre, on découpe bien sans soucis du 18mm! Beaucoup de fumée par contre, heureusement le Flacon2 Pro, avec son caisson et son évacuation fait des merveilles!!
Attention aux puissances utilisées, on voit un départ de combustion à 80% de puissance!
De l’importance d’utiliser des grilles de tests pour définir le couple vitesse/puissance optimal!

Le 40w coupe facilement en 1 passe, du pin de 18mm d’épaisseur, à 100mm/min et 50% de puissance, donc quand Creality annonce possible de coupe rdu pin de 20mm d’épaisseur, je les crois sans problème.

Fort de la grille de test, un essai en live, avec une première partie (départ sous le K et toute la partie droite du cœur,  avec air-assist au mini, puis en augmentant le débit… C’est plus propre avec…non?
Et sans à avoir un pouce fin, le pin fait bien ses 18mm d’épaisseur, coupe nette en 1 passe!

Acier, plaque d’impression d’une imprimante résine

Les premiers lasers n’étaient pas assez puissants… et pour avoir des couleurs sur de l’acier, la règle communément admise était d’utiliser un laser fibre et de jouer sur la fréquence.
Depuis les laser 20w (les 10w le font, mais c’est un peu juste à mon gout), on peut jouer sur la vitesse et la puissance pour obtenir des couleurs sur l’acier:

Grille en 40w (mode normal)
et en mode Precise (20w), en ajustant les couples vitesse/puissance.

On peut voir qu’effectivement, qu’à vitesse identique, on obtient la même chose en doublant la puissance entre le 40 et le 20w, par exemple, à 150mm/min, on obtient la même chose à 40w pour 7% de puissance qu’à 20w pour 15% de puissance.

Acier, plaque de 0.15mm

Creality annonce que l’on peut découper de l’acier de 0.15mm, effectivement, il ne résiste pas.. Mais..mais, la chaleur dégagée par l’impact du faisceau déforme énormément le matériau!

Même la plaque d’impression résine, en acier plus épais, se déforme légèrement sous l’effet des variations de température… donc j’éviterai le découpage et je préconise, a minima, l’utilisation d’un acier de plus d’1mm d’épaisseur.

Et ce test sera le dernier… avec l’arrêt complet du laser…sans atteindre la puissance nécessaire pour découper… En effet, le laser s’est stoppé et s’est mis en sécurité: impossible de relancer…!

Autopsie d’un laser ?

A ce point du test, avant de conclure, je me trouve donc avec un laser inutilisable.
Je relance à chaud… rien…
Je débranche, j’attends quelques minutes… rien..

Donc soit la tête est morte, avec la gravure sur l’acier (ca arrive rarement, mais  avec la réflexion du laser et retour sur la lentille…), soit il est encrassé?
Je nettoie la lentille et la protection du capteur… pas mieux…
Donc on va ouvrir.

la lentille semble pourtant propre..

  • Etape 1
    • on débranche le laser
    • on l’enlève de son support
    • on se met sur un plan clair et abrité, ce serait dommage de perdre de la visserie!
  • Etape 2 (facultatif pour le nettoyage de la lentille)
    • on défait les 4 vis du carter et on nettoie l’intérieur et les ventilateurs.
On voit qu’avec l’utilisation intensive lors des tests, la poussière s’est bien déposée à l’intérieur…

On en profite donc pour nettoyer les ventilateurs et le corps du laser

  • Etape 3
    • on défait la nappe du capteur de poussière (attention à ne pas la déchirer!)
    • on enlève les 2 vis et on enlève la plaque
    • on nettoie le capteur et le fût intérieur de la sortie laser, attention à utiliser un chiffon doux, type microfibre et non du sopalin pour ne pas risquer de rayer la lentille intérieure

A droite, la plaque de protection de la sortie laser.

A gauche, la tête laser. Sur la plaque on nettoiera le capteur de poussière (D3), et une fois la plaque enlevée (2 vis), on nettoiera l’intérieur si on voit que c’est encrassé. Si vous avez une soufflette, c’est un bon moyen d’enlever la poussière sans risquer les rayures!

Ensuite on remonte, en prenant soin de ne pas plier/abimer la nappe et on n’oublie pas de remettre toutes les vis.

Une fois fait, je croise les doigts en allumant le Falcon2…

Hourra! Tout s’allume en vert et plus de bip…!!

Et en plus,  ça fonctionne correctement!
Donc c’était bien le capteur ou la lentille qui était encrassé…mais à l’intérieur!
Avec toute les cendres générées avec le bois et les “fumées” de l’acier (souvent il y a des produits qui recouvrent les plaques d’acier, et le laser les vaporisent). Donc si celà vous arrive, ne vous limitez pas à un nettoyage externe!

En conclusion sur le test du Creality Falcon2 Pro 40W

Avec sa version PRO, Creality ne déçoit pas le client.
Certes, le ticket d’accès est élevé, on ne va pas se mentir…(et le 60w qui vient de sortir en rajoute une couche…)
Mais, son niveau de prestations et de protections permet un usage immédiat et pour tous, dans quasiment toutes les situations. On se trouve clairement, dans un type de gamme qui peut être utilisé par des entrepreneurs et non plus que par des amateurs.

Le coffrage offre une isolation visuelle (donc quasiment pas de risque pour les yeux) et physique, avec en plus la ventilation permettant d’évacuer une partie des poussières et les fumées, donc avec un conduit assez long vers l’extérieur.
On peut quasiment l’utiliser partout, ce qui n’empêche pas d’être prudent en respectant les consignes de sécurité et en l’utilisant toujours sous surveillance.

“Une grande puissance implique de grandes responsabilités”

La puissance fournie permet d’attaquer des surfaces jusque-là utilisables qu’avec d’autres types de laser (fibres par exemple), et on appréciera donc le 40w pour sa versatilité!

En gros, il fait, a minima, tout ce que le 20w permet mais en plus profond ou en plus vite, en réduisant le nombre de passe et /ou en augmentant la vitesse de travail!

Si vous avez des découpes à faire, en nombre, sur du bois épais (pin 20mm), bien qu’il puisse le faire, je vous conseille malgré tout d’envisager d’autres solutions!
La caméra couplé à Lightburn est un gros plus permettant le positionnement au plus juste des modèles et donc des économies de matériaux, en utilisant les chutes au mieux par exemple.

Il n’est malgré tout pas exempt de défauts:

La ventilation est efficace, mais avec 40w, elle pourrait être plus performante, ce qui pourrait éviter l’encrassement que j’ai eu seulement au bout de quelques heures d’utilisation, mais qui forcément le rendrait plus bruyant également. D’ailleurs, le tuyaux d’évacuation est bien… mais court, heureusement le format de 10cm de diamètre est standard et permet l’utilisation d’une gaine VMC plus longue et ajustable à votre besoin.

Pour l’air-assist, à noter qu’il est propriétaire, dans le sens ou vous ne pouvez pas utiliser un air-assist standard, sauf à perdre la fonction de réglage et d’alimentation.

Et dernier point, un système de maintien des pièces serait un gros plus! Les rails remplaçant le nid d’abeille sont efficaces et pratiques, mais le maintien en position de pièces fines et légères peut être problématique, et avec la ventilation interne plus l’air-assist, elles peuvent potentiellement bouger!

Positive
  • la puissance de 40w et sa versatilité pour les usages et les matériaux
  • le caisson intégral : avec air-assit et évacuation / l’éclairage interne /la caméra compatible lightburn / Le tiroir amovible
  • la puissance variable et le module supplémentaire fourni
  • la surface de travail
  • le tiroir amovible
  • Le maintien de la tête avec rail de guidage et seulement 2 vis de serrage
Negatives
  • absence d’écran de contrôle tactile
  • pas de système de maintien des pièces légères
  • évacuation des fumées forcément à gauche et pas assez efficient pour empêcher l’encrassement
  • Le réglage du niveau avec une calle
  • Les rails de remplacement du nid d’abeille, pratiques et utilisables en 2 positions… mais le passage d’une position à l’autre est fastidieuse, et le maintien “à plat” n’est pas top
  • le Falcon est utilisable avec un rotary, mais l’utilisation n’est pas simple avec le tiroir et il faut, comme l’a fait Jérome, désactiver le capteur de fermeture

Merci à Nozzler pour le test, et n’hésitez pas à suivre nos réseaux, je posterai dans les prochaines jours/semaines, des réalisations avec le Falcon2 PRO 40w.

Fitzgérald Duchemin
Nozzler
Logo